Calendrier de l'Avent 2010 : 7.

Publié le par Grôme BonalD

Alors que Jésus allait et venait dans le Temple, les grands prêtres, les scribes et les anciens s'approchent de lui. Ils lui disaient : "En vertu de quelle autorité fais-tu cela ? Ou qui t'a donné autorité pour le faire ?" Jésus leur dit : "Je vais vous poser une seule question ; répondez-moi et je vous dirai en vertu de quelle autorité je fais cela. Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes ? Répondez-moi !" Ils raisonnaient ainsi, entre eux : "Si nous disons : "du ciel", il dira : "Pourquoi donc n'avez-vous pas cru en lui ?" Allons-nous dire au contraire : "des hommes" ?..." Ils redoutaient la foule, car tous pensaient que Jean était réellement un prophète. Alors ils répondent à Jésus : "Nous ne savons pas." Et Jésus leur dit : "Moi non plus, je ne vous dis pas en vertu de quelle autorité je fais cela." (Mc, XI, 27-33)

 

Selon Stefan Effenberg, une coupe du monde de football doit "toujours être attribuée à des pays qui ont une tradition footballistique, qui vivent pour le football et aiment le football", ce qui n'est pas le cas du Qatar. En vertu de quelle autorité en a-t-il décidé ainsi ?

 

L'autorité a toujours une origine et un champ d'exercice déterminés. Elle peut venir du savoir, de l'expérience, du charisme, de la force, etc., mais à chacun de ces types d'autorité correspondent des circonstances particulières dans lesquelles s'exercer : le charisme d'un homme politique n'en fera jamais un professeur de mathématiques tant qu'il ne maîtrisera pas cette science. Stefan Effenberg fut sans doute un bon joueur, mais ses qualités d'analyse géopolitique et de sociologie du sport n'ont jamais été démontrées.

 

Pour ces spécialistes de la Loi qu'étaient les scribes et les Pharisiens, mettre en branle l'autorité de Jésus consistait à mettre à nu son illégalité. Dans notre passage comme en d'autres (par exemple : Mt, XXII, 15-22), ils tentent de lui faire renier publiquement la Loi. Or, chaque tentative non seulement échoue mais se retourne contre eux. Tout au long des différents évangiles, ils font l'expérience répétée de la perte d'autorité : à chaque fois, comme dans notre extrait, ils passent d'une position dominante à une position en porte-à-faux.

 

On pourrait définir le manque d'autorité comme une fausse position de domination créée de toute pièce. Les Pharisiens donnent la question à Jésus eux-mêmes, afin de le confondre ; leur stratégie n'a qu'un défaut : elle ne peut fonctionner avec Celui qui donne sens à tous leurs préceptes. C'est comme si le premier de la classe, voulant montrer au directeur de l'école combien les autres sont des cancres, posait des questions à son professeur : loin de révéler le savoir de ce dernier, un tel comportement éclaire la vanité de l'élève.

 

Avant d'émettre une critique, il convient toujours de vérifier qu'elle pourra être suivie d'effets réels. Or, critiquer une décision irrévocable est vain. Non seulement Stefan Effenberg n'est pas spécialement autorisé à parler du sujet qui nous occupe, mais tout ce qu'il pourra dire ne fera pas changer l'issue d'un vote qui a eu lieu il y a cinq jours.

 

Les anciens joueurs sont-ils alors condamnés à se taire et à regarder d'un oeil noir le monde et leur sport évoluer ? Non. Leur autorité existe réellement, elle s'appelle l'expérience. Reste à savoir comment l'exercer, comment au mieux la mettre au service du football.

 

Il fera trop chaud en été, et construire des infrastructures climatisées n'est pas nécessairement le meilleur usage à faire des trois cents millions de dollars de budget. Pourquoi ne pas militer pour une coupe du monde en hiver ? Pourquoi ces anciens joueurs ne prendraient-ils pas l'opportunité de se rendre utile en réfléchissant à une réorganisation des calendriers nationaux et internationaux ? S'il leur tient vraiment à coeur que la coupe du monde soit organisée par un pays qui aime le football, pourquoi ne pas faire que le monde entier mette son expérience au service du Qatar ?

 

Et si le véritable défi n'était pas une coupe du monde dans des stades isolés de la fournaise alentour, mais une coupe du monde hivernale disputée dans des conditions idéales grâce à la coopération et à l'entente de toutes les fédérations ?

Publié dans Calendrier

Commenter cet article