Faire-part.

Publié le par Bo NalD

Les mois suivant la victoire française à la coupe du monde 1998 virent naître des Lilians et des Zinédines. Leurs parents reconnaissants plaçaient leur progéniture sous la sainte protection de leurs héros, comme d'autres avant eux s'étaient souvenu d'une chanson ou d'une séance de catéchisme en entrant à la maternité.

 

Cette semaine, un Egyptien a prénommé son nouveau-né facebook, voulant rendre hommage au rôle soit-disant révolutionnaire joué par le réseau social dans la révolte anti-Moubarrak. Il aurait pu appeler son fils yanayr - janvier - ou du nom d'un leader politique, mais le mouvement se disait populaire et sa colère intemporelle : facebook, plate-forme immatérielle, tombait à point nommé.

 

Qui pourra jamais en vouloir à Facebook, le lieu du like et des friends à tout-va, la positive attitude faite système ? Appelle-toi Zinédine et tes hochements de tête seront particulièrement surveillés ; Bryan, tu nais has-been. Mais facebook : on te touche du doigt et apparaissent les amis, les dictatures tombent, les biographies s'écrivent sincères et philosophiques, en chiffres, photos, commentaires, likes et links. In english, please, espéranto réel.

 

Facebook sera si mignonne, qu'on lui confiera tout : ses secrets, ses états d'âme, ses photos. Grâce à elle tous sauront, tous verront ce qu'on n'aura dit à personne. L'intimité d'un père avec son bébé, l'échographie d'un foetus, une promenade amoureuse, des retrouvailles, tout ce qui se raconte aux plus aimés des proches balancé au visage des plus indifférents. Facebook sera si bonne, elle saura si bien recueillir les confidences qu'elle n'éprouvera rien pour elle-même. Elle répétera les mots sans en saisir le sens. En psychiatrie, cela a sûrement un nom.

 

Souhaitons à la petite Facebook tout le meilleur du monde. D'aimer sincèrement sans avoir à cliquer. De mettre des posters sur les murs de sa chambre - au moins un de Zidane, il en a bien besoin en ce moment - avant d'être en photo sur internet. D'avoir une chambre.

 

Souhaitons à l'Egypte - et aux autres, passés, présents et à venir - que la petite Facebook n'ait pas en vain été ainsi prénommée.

 

 

 

Des enfants naissent, soit. Mais il y avait du foot !

Olympique Lyonnais 1 - Real Madrid 1

(Bande-son du match : The Beatles, "Revolution")

Publié dans Famille

Commenter cet article

Mélissa 31/10/2011 19:06


http://blackorwhite.over-blog.com/article-comprendre-les-revoltes-arabes-87470686.html

pour avoir un analyse plus profonde !


Deux pieds décollés 23/02/2011 00:12


Il y a aussi eu des petits "Zizou", après 98.