Gagnant-gagnant ?

Publié le par Joe Reysse

C'était le 29 mai 1999. Les supporteurs du Paris-Saint-Germain se réjouissaient des cinq buts auxquels ils assistaient, alors que seulement deux étaient marqués par leur équipe favorite. En effet, les trois buts marqués ce jour-là par les Girondins de Bordeaux furent comme les trois marches du podium gravies pour atteindre la première place du classement et priver l'Olympique de Marseille, ennemi intime des locaux, du titre de champion.

 

Ces jours-ci, l'état-major de l'UMP et son général en chef grand mangeur de Libyens ont décidé de ne pas soutenir les candidats adverses opposés au Front National au second tour des élections cantonales. Aucune consigne de vote en cas de duel PS-FN, maintien des candidats UMP en cas de triangulaire a priori perdue d'avance. Le front républicain ayant porté Jacques Chirac au pouvoir en avril 2002 devient-il si honteux lorsqu'il soutient un socialiste ?

 

Voilà peut-être au fond deux manières opposées de se trouver gagnant à tout compte. D'un côté, l'on applaudit les prouesses de son favori et le malheur de son lointain rival. De l'autre on se dit que, perde le FN et l'honneur républicain sera sauf malgré tout, et gagne le FN alors c'est que le peuple aura fait son choix - ce qui n'est quand même pas rien.

 

Une nuance les différencie pourtant radicalement. Si la saison suivante personne ne s'avisa de réunir les clubs bordelais et parisiens, il pourrait en être autrement aux prochaines élections présidentielles. Qui sait si dans un an quelques électeurs n'interpréteront pas la cynique indécision de la droite populaire comme une tacite adhésion à la droite populiste et, se disant que la différence ne doit plus être trop grande, confondront l'une et l'autre au profit de la seconde ?

Publié dans Politique

Commenter cet article

Deux pieds décollés 22/03/2011 23:06


Et qui sait si 12 ans après, la PSG ne sera pas en mesure de contrarier l'OM en ne produisant pas les efforts maximum contre Lille à la 37e journée?
Quant à la stratégie de la droite, je la suppose tout simplement pragmatique et cynique : c'est une expérimentation. Quelles seront les conséquences si aucune consigne n'est donnée? Il y aura des
indications sur les penchants des électeurs - et donc des renseignements sur les moyens de les mobiliser.